Kaleidescape, un premier pas vers le téléchargement

kaleidescape app ipadKaleidescape a ouvert lors du salon du CEDIA au début du mois un magasin de téléchargement en ligne, dédié pour l’instant uniquement aux revendeurs de la marque. Depuis ce magasin, les revendeurs, pour leur système de démonstration dans leur showroom, peuvent télécharger un documentaire de 30 minutes à propos d’avions de guerre de collection. Ce documentaire est au format Blu-ray sans aucune perte. Début 2012, la boutique sera ouverte aux clients Kaleidescape avec une offre plus large de contenu. Ce contenu n’a pas encore été dévoilé. On peut aisément imaginer que les packs de films que l’on peut acquérir auprès de Kaleidescape (« Le meilleur du Blu-ray », « Collection Disney », etc.) seront disponibles via cette offre de téléchargement.

Cette solution n’a pas vocation à venir concurrencer les offres de VOD. Ici, le téléchargement permet d’avoir accès à un contenu plus important, sans avoir à aller acheter un disque, et encore moins à l’insérer dans le serveur pour le recopier. Une fois le film sélectionné, il vient s’ajouter à la bibliothèque. On a ainsi les films stockés depuis un support physique et les films téléchargés dans le même serveur, via l’excellente interface à l’écran Kaleidescape.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=z5Qk4vfNhLM[/youtube]

L’autre nouveauté, c’était l’appli pour iPad qui permet de naviguer dans sa bibliothèque, puis une fois le film choisi, d’en lancer la lecture dans la zone sélectionné. Elle vient concurrencer l’autre application développée par des anciens employés de la marque dont je parlais le mois dernier.

Source : Residential Systems

6 commentaires

  1. Avec cette application, l’ipad est, une fois de plus, imposable dans une salle de cinema kaleidescape pour son interface et l’intuitivité.

  2. « debut 2012 » il ne se mouille pas trop sachant qu’il y a un procès en cours qui interdit, aux clients possesseurs d’un produit kaleidescape, toutes copies de films haute définition sur leurs serveurs.
    Comment pourrait ils obtenir une autorisation des studios pour permettre à leurs clients de stocker sur leur serveur la copie exacte d’un BR ou simplement du film, donc en HD, envoyé par internet.
    Sortie des grandes villes et encore, l’internet n’est pas si rapide que ça aux US donc 30gb par film à télécharger, bonjour le temps de connexion.
    Pour moi depuis un an déjà, je l’avais déjà dit Kaleidescape vit ces dernières heures.
    Soit Kaleidescape ouvre son système pour permettre aux clients de faire ses propres copies de BR sur serveur, dans ce cas la plainte des studios n’a plu lieu d’être soit c’est la fin.

  3. Vu d’un côté purement technique et passionné, votre raisonnement est parfaitement fondé.

    Par contre, vu du côté utilisateur à qui s’adresse ces produits, Kaleidescape répond à leur demande : pas d’ordinateur pour ripper, accès immédiat quand on allume le produit, pas de plantage, pas d’OS en dessous de l’application, pas de mise à jour (visible ou à faire soi même), interface à l’écran compréhensible par absolument tout le monde.

    Dans ce cas précis, Kaleidescape a donc encore une clientèle devant elle qui est en demande de ses produits, ceci tant que le procès n’est pas clos avec une interdiction de commercialisation bien entendu.

  4. D’accord avec Alban, le seul regret est que l’application us (non dispo en Europe) permet de scanner les code- barres pour verifier si le dvd est deja entré dans le serveur kaleidescape, evitant ainsi d’acheter 3 fois le meme dvd.

  5. Kaleidescape était un bon produit à l’ère du dvd mais maintenant c’est le Blu-ray et le chargeur BR n’est absolument pas rentable par rapport à un serveur sur disques durs.
    Les lecteurs multimédias comme les Dune ou Popcorn ne plantent jamais (99%).
    Les interfaces sont certes pour l’instant statiques mais les nouvelles interfaces en flash arrivent.
    Les nas Synology ou Qnap sont de bon produits sans interventions de l’utilisateur une fois configurés.
    L’installateur peut très bien mettre en place un tel système pour son client, la télémaintenance fera le reste pas la peine de se déplacer pour prendre le contrôle d’un système à distance (vnc)
    L’ajout de film à une bibliothèque est aujourd’hui automatisé, la copie d’un BR sur le nas est pré-configuré dans le soft de copie et la mise à jour de l’interface sur l’écran (zappiti et yamj) est d’une facilité déconcertante, donc rien de bien compliqué pour un client sachant obligatoirement se servir d’un ordinateur aujourd’hui pour effectuer des taches basiques, le reste c’est l’installateur via internet.

  6. Je sais que j’ai déjà eu ce type d’échange dans les commentaires, avec vous ou d’autres, mais il reste une chose que vous n’arrivez pas à intégrer dans votre esprit :

    j’en suis témoin et tous les professionnels de l’intégration audio/vidéo qui passent sur ce blog pourront le confirmer, il y a des clients qui ne comprennent absolument rien aux ordinateurs, même pour les tâches qui pourraient paraître les plus simples pour un enfant de 5 ans.

    Il y en a qui sont en panique devant une télécommande universelle, même programmée la plus simplement du monde, et qui sont obligés de noter sur un papier (qui ne quitte pas la télécommande) sur quelles touches appuyer.

    Pour ces clients, Dune/MyMovies/NAS/etc. ne sera jamais la bonne solution. Alors que Kaleidescape, oui !

    Je sais que ce n’est pas facile de se mettre dans la peau de quelqu’un qui ne comprend rien à tout ça quand on est passionné ou expert. Mais ce genre de personne existe, et vous pouvez essayer tous les moyens d’explications et de formation possibles, ça ne passera jamais avec eux.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *