Le bus KNX : positionnement et perspectives

Les dossiers de l’été continuent, même si nous ne sommes plus en été depuis quelques jours… Exit donc le « dossier » dans le titre des billets, mais le contenu promis est bien toujours d’actualité. A côté des news produits, il y aura d’ailleurs de plus en plus d’articles de fond de ce type désormais sur le blog Multiroom.

knx eib

Apparu en 1988, le protocole KNX devenu un standard dans le monde de la domotique, vit-il un essoufflement ? Quel va être l’avenir de ce standard pourtant apprécié de tous face à son principal concurrent l’IP Internet Protocol qui s’implante de plus en plus dans le contrôle domotique ?

La concurrence est rude avec des solutions intégrées et non évolutives, par exemple chez Legrand (principe : courant porteur) et Bticino (principe : BUS), mais également des solutions plus accessibles encore et basées sur des environnements informatique, sous Linux de préférence. Et puis il y a les solutions qui combinent audio/vidéo et domotique comme Control4 qui se démocratise (principe : IP, ZigBee) de plus en plus. Aux USA, Control4 devrait être disponible à travers les 350 magasins Magnolia, la branche intégration et home cinema du géant Best Buy (l’équivalent de Darty chez nous). C’est assurément une solution plus sexy que KNX aux yeux des clients potentiels, surtout si elle se retrouve dans la grande distribution.

En attendant ce revirement de situation éventuel, les constructeurs de produits KNX ont choisi de développer l’apparence de leur produit. Ce sont les interrupteurs qui profitent le plus de ce remodelage de design avec le Mona et le Sentido de Basalte. La gamme Sentido intègre un capteur de température, ce qui laisse à penser que l’on veut intégrer un maximum de fonctions dans un seul appareil.

Basalte Sentido

Basalte Sentido

Certains fabricants comme Gira avec son HomeServer, en version 3, et son écran tactile s’ouvrent vers l’audio/vidéo afin de proposer une solution plus complète en domotique et en diffusion multimédia.

gira homeserver 3

Le KNX se met au vert en proposant des solutions de gestion et de contrôle de nos énergies. C’est peut être le plus apte à faire des systèmes de gestion d’énergie avec sa large gamme de capteurs de mesures. Plus d’informations sur ce sujet à découvrir sur le site de l’association KNX.

Dans tous les cas les deux points forts de KNX qui vont lui permettre de continuer encore longtemps sont la diversité de ses fonctions domotiques, et son ouverture vers l’extérieur grâce à sa standardisation qui permet de s’interfacer avec d’autres protocoles dont l’IP. C’est encore aujoud’hui la meilleure solution pour satisfaire une installation globale en domotique. Une solution très technique, presque invisible pour le client donc difficile à démontrer à ses yeux, mais qui a des avantages réellement supérieurs en termes de pérennité et d’évolutivité. La meilleure combinaison pour Multiroom ? Pour schématiser, c’est un « backoffice » KNX et un « frontoffice » qui correspond aux exigences du client : écran KNX, Control4, Crestron !

5 commentaires

  1. Ce que je ne comprend pas bien, c’est que dans la mesure où le réseau IP est un incontournable du logement, pourquoi ce n’est pas lui qui deviendrait le protocole standard pour la domotique ?

    Aujourd’hui, l’IP est plus que massivement répandu, il est donc abordable. Il est tellement utilisé que je ne le voit mal disparaître demain. Et c’est sans compter la norme NF C 15-100 qui va permettre de disposer d’habitation pas trop mal pensées pour un réseau centralisé et intelligent.

    Pour moi le réseau IP a toutes les qualités pour devenir LE standard universel. D’ailleurs, il me semble que toutes les technologies ont pris le parti de tirer avantage de l’IP : le triptyque habituel image/voix/data par exemple. Pourquoi créer un second réseau dans toute la maison quand il existe déjà un réseau IP performant, durable et universel ?

    Le meilleur moyen d’être ouvert n’est-il pas d’utiliser nativement le même protocole que tout le monde en se greffant sur le même réseau que tous les équipements du logement ?

  2. Tout à fait d’accord, KNX est très bon pour les installations en tant que mécanisme de fond (c’est d’ailleurs le métier des membres KNX !), laissons les interfaces à ceux qui mettent en avant le savoir faire (je citerai Crestron pour le sur-mesure)

    Je suis content que KNX élargisse sa gamme avec des modèles de plus en plus recherchés et originaux.

    @ Felinewave :
    Ce sujet revient fréquemment, mais il y a aura toujours le problème de faire communiquer les objets de constructeurs différents en IP : le protocole de communication est le même certes, mais ils n’auront pas les mêmes infos pour se comprendre et il y aura toujours des constructeurs qui auront leur protocole fermé.

    Si je comprends bien, il faudrait mettre tout les objets en IP : ok, mais quel interet ? le bus (je vais prendre KNX comme exemple) est plus facile et plus sûr à installer qu’un cat5 dans un mur. Et il faut imaginer la baie de brassage derrière. Le bus de terrain récolte les infos et la passerelle vers l’IP est suffisante, selon mon point de vue.

  3. @ Felinewave:

    Bonjour,
    Pourrais-tu donner plus de détails sur la manière d’utiliser le réseau IP pour faire de la domotique, en particulier pour le câblage des capteurs (interrupteurs, thermostats, capteurs en tout genres, …). Ces capteurs sont disséminés dans tout le bâtiment. Pour les relier au réseau IP, il faudrait connecter chacun d’entre eux à un hub/switch, ce qui demanderait un câblage monstrueux, sans parler de l’alimentation de ces appareils, alors qu’en utilisant une technologie de bus comme KNX, le cablage est simplifié au maximum. Les autres avantages de KNX sont sa faible consommation électrique, son prix inférieur à un appareil similaire possédant un stack TCP/IP, le fait (comme le dit Julien ci-dessus) que KNX est une spécification complète du stack alors que TCP/IP ne définit qu’une couche de ce stack.

    Jean-François

  4. bus devient zigbee/zigwave et bye bye le câblage et les complications du KNX?
    vos réaction, merci

  5. Bonjour,
    la topologie KNX et IP est differente.
    KNX c’est un cable a 4 conducteur (2 minimum) sur lequel tout les participant vienne ce greffer. Il peut sans autre artifice ateindre 1km sans probleme.
    En ip tout les participant devrais devrais etre connecté sur un concentrateur.

    Bref un beau bordel.

    Ip ser uniquement pour de longue distance ou pour y metre des ecrans.

    Marc

    marc@acelec.be

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *