Procès multiroom : Sonos remporte la première manche contre HEOS

Procès multiroom : Sonos remporte la première manche contre HEOS

Fin 2014, Sonos attaquait D&M Holding (Denon & Marantz) et leur technologie multiroom HEOS sortie sur le marché quelques mois plus tôt. Les similarités en termes de gamme de produit étaient et sont toujours assez évidentes. Mais ce sont les brevets qui étaient au cœur de cette affaire. Un premier jugement vient d’être rendu, en faveur de Sonos.

 

Les brevets Sonos en question

La première plainte concernait la partie marketing où Sonos jugeait la gamme de produits trop identique ainsi que le nom HEOS trop proche, preuve d’une volonté de copie.

D’un point de vue extérieur, on peut effectivement remarquer la similitude entre d’un côté les Sonos Play:1, Play:3 et Play:5, et de l’autre les HEOS 1, HEOS 3 et HEOS 5  (lire sur multiroom.fr Sonos attaque Denon HEOS pour violation de brevets).

La seconde était liée cette fois aux brevets. Sonos accusait D&M d’avoir violée l’utilisation d’une douzaine de leurs brevets. Les cinq plus importants étaient les suivants :

  • 9,195,258 – Système et procédé pour synchroniser des opérations entre une pluralité de dispositifs de traitement de données numériques cadencés indépendamment
  • 8,588,949 – Méthodes et appareils pour ajuster le volume dans un système multi-zones
  • 7,571,014 – Méthodes et appareils pour contrôler des lecteurs multimédias dans un système multi-zones
  • 9,202,509 – Contrôle et groupes dans un système multimédias multi-zones
  • 9,219,959 – Appairage multicanaux dans un système multimédias

Le procès s’est déroulé la semaine dernière et s’est conclu vendredi par une victoire de Sonos. Le juge a donné raison à Sonos uniquement sur la partie des brevets, concernant les trois premiers de la liste ci-dessus.

 

La défense de D&M Holding contre Sonos

Comme on le voit, les brevets en question touchent uniquement aux fonctionnalités multiroom des produits : synchronisation, création de groupes, contrôle global du volume. C’est la base de tout système multiroom.

Pour sa défense, D&M a indiqué que la plupart de ses clients utilisaient les produits HEOS seuls, donc sans utiliser la fonctionnalité multiroom. Même si c’est la réalité, c’est assez étonnant d’utiliser cet argument quand le message marketing de la gamme HEOS indique clairement : « système audio multiroom sans fil ».

Plus sérieusement, D&M s’est défendu en indiquant qu’ils travaillaient sur de telles technologies bien avant Sonos. Le groupe a en effet investi 77 millions de dollars pour le développement de la gamme HEOS, avec une équipe de 80 personnes à temps complet.

A titre d’exemple, je ne connais pas la teneur technologique exacte du Marantz ZR6001SP, mais rappelez-vous de ce produit qui proposait déjà 6 zones en multiroom sur CPL en janvier 2006 (lire sur multiroom.fr Le multiroom par courant porteur chez Marantz).

 

Un jugement à la faveur de Sonos, mais D&M contre attaque

D&M devra payer à Sonos 1.989.818 $ en dommage et intérêts relatifs au volume de ventes perdues, ainsi que 82.184 $ en royalties pour l’utilisation des brevets concernés.

Au-delà de la somme relativement faible, Sonos a conclu en indiquant que le résultat de ce jugement vient surtout valider l’innovation développée par la marque sur le marché des enceintes connectées, et légitimer la valeur des brevets concernés.

Mais à son tour, D&M attaque Sonos pour la violation de sept brevets. Un nouveau procès est prévu en mars prochain.

 

Quel peut être l’impact de ce jugement sur le marché du multiroom ?

D&M va devoir régler des royalties à Sonos, cela signifie-t-il qu’ils devront en payer sur tous les produits HEOS désormais ? Ou bien D&M va modifier la technologie de son système multiroom ?

D’autres acteurs du multiroom vont-ils à leur tour devoir payer des royalties à Sonos ? Sonos va-t-il attaquer d’autres fabricants ?

D’ailleurs, en quoi les technologies multiroom utilisées par les autres concurrents sont différentes de celles utilisées par Sonos et HEOS ?

Plein de questions se posent, elles restent sans réponse pour l’instant. Le monde du multiroom va-t-il imploser et laisser Sonos seul maître à bord ? Les prochains mois nous en diront plus.

Sources : Law360Strata-Gee, Sonos


Vous avez apprécié cet article ? Alors faites connaître multiroom.fr en le partageant sur les réseaux sociaux grâce aux petites icônes juste en dessous !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *