Ultraviolet chez Walmart : la peur du tout dématérialisé ?

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=3cnbGeskq7U[/youtube]

Voici des nouvelles d’Ultraviolet (voir le sujet Ultraviolet va-t-il mettre tout le monde d’accord ?) avec l’annonce ce jour du service « Disc to Digital (mes disques numérisés) » dans tous les magasin Walmart. Walmart, c’est 3.500 supermarchés aux USA. Le concept de ce service est le suivant :

  • vous apportez tous vos disques, DVD et Blu-ray
  • au comptoir Walmart Entertainment, une personne va scanner tous vos disques (et non les ripper)
  • ensuite, on vous propose de les rendre disponible dans le cloud pour 2$ le DVD ou le Blu-ray, et 5$ les DVD que vous voudriez avoir en qualité HD dans votre compte

Walmart s’est associé à Ultraviolet mais aussi à Vudu pour accéder à sa bibliothèque de films. Vudu est disponible dans 300 produits électroniques à ce jour comme la PS3, les lecteurs Blu-ray ou encore l’iPad.

vudu

L’idée est de développer Ultraviolet à vitesse grand V en démocratisant le concept : vous apportez vos disques dans votre supermarché, ils deviennent disponibles sur tous vos produits compatibles Vudu connecté en ligne. Plus besoin de serveur, la belle vie.

Oui, mais. Bien sûr, il y a du pour, et aussi du contre :

  • confier ce service au supermarché du coin est-il une bonne idée ?
  • comment Walmart va vérifier que l’on est bien propriétaire des disques que l’on apporte ?
  • on doit payer pour la numérisation alors que l’on a déjà acheté ses disques
  • pas de copie des disques de bonus
  • qualité HD en dessous du Blu-ray, et sans pistes sonores HD multicanaux (Dolby Digital + uniquement)
  • d’autres avis négatifs sur le sujet en anglais sur Residential Systems

Et si la bonne solution était un mix entre Ultraviolet pour avoir accès à ses films d’où on veut, quand on veut, sur n’importe quel lecteur de qualité « réduite », comme la TV 22 » de la chambre ou l’iPad qui n’ont pas besoin de pistes sonores HD. Et de l’autre côté un serveur de favoris sur lequel on stocke ses disques préférés, en qualité Blu-ray, uniquement pour sa salle home cinema avec les enceintes et le grand écran qui n’attendent que de la HD.

Finalement, et si c’était ça le concept du dématérialisé qui nous attend : être propriétaire des disques que l’on achète, au moins ça on en est sûr, mais ne pas être propriétaire de ce que l’on met dans le cloud. Est-ce vraiment un problème ?

Lorsque l’on a acheté un film 4,99 Euros en VOD, a-t-on besoin de le posséder ? On l’a vu une fois très bien, on passe à autre chose. Et si exceptionnellement on veut le revoir, parce que rares sont les films que l’on regarde plusieurs fois, on peut le racheter une seconde fois. Rien de très grave à dépenser à nouveau 4,99 si on a bien aimé, c’est toujours moins cher que le DVD ou le BD à sa sortie. Et si vraiment c’est un film important et qu’on veut l’avoir sous la main pour le regarder encore et encore, alors on l’achète en version physique, en DVD ou en Blu-ray.

C’est peut-être une autre façon de voir les choses ? Quelles sont les attentes réelles des consommateurs finalement ?

Avec la TV connectée et les multiples sources qui s’annoncent, toutes accessibles depuis l’interface sur l’écran, entre la TV live à l’ancienne, la catch-up TV, la VOD, les abonnements type CanalPlay Infinity, YouTube, les chaînes TV web, etc. A-t-on réellement besoin de posséder les médias que l’on a envie de visionner ou que l’on a déjà visionné ? Ou bien posséder seulement les disques de ses films favoris, sa collection, ne suffirait-il peut-être pas ? Et tout le reste ne peut être que virtuel, dans le cloud, à durée limitée ? Ca fait un peu discours sur la décroissance, mais pourquoi pas ?

5 commentaires

  1. Bonjour,

    Comme toujours avec le ‘cloud’ et la dématérialisation, le grand problème est et restera la liaison internet…

    Tres bien pour les grandes villes est les très hauts débit, mais que ce passe-t-il pour les gens en province et des débit de 4Mb/s? Ben rien, on est exclu de ces systèmes.

    Demain ma liaison internet est HS, et bien je ne peux plus accéder a mes films…

    Et pourtant 60% de la population française n’est pas couvert par des débits important…

    Et ces systèmes ne répondent que rarement a la HD, or on investit de plus en plus pour le BR…

    Les parts de marché de ce genre de système sont et resteront relativement faible!

    Les vrai solutions resteront les systèmes de dématérialisation a domicile, même si les grandes compagnies veulent l’empêcher…

  2. J’ajoute à l’argumentation de Bigbig6 comment je fais pour visualiser dans le train, la voiture (les gamins, toussa), bref, en déplacement.
    La problématique est la même que pour le livre.
    L’ebook c’est gentil mais un livre en papier je l’emmène où je veux, je le corne, l’annote, le passe à qui je veux.

    Quant à la dématérialisation, tout à fait d’accord avec Bigbig6, elle est largement souhaitée TANT QU’ELLE RESTE MAITRISEE !

    Tout ce qu’on nous propose c’est du facile apparent UNIQUEMENT à des fins d’assouvissement et non à des fins de service à la clientèle.
    Tout cela ne sont que des leurres visant à soumettre les clients potentiels d’un point de vue financier et comportemental.

    Le discours est toujours le même :
    à quoi bon vous embêter ? Regardez c’est facile et ça ne coûte pas cher.
    Et une fois que le truc a pris, CRAC, on verrouille et on fait payer bien plus cher et on en profite pour suivre les faits et gestes à la culotte et imposer ses propres règles (non, tu ne regarderas pas le film porno que tu as acheté, non, avant que tes gamins ne puissent visionner leur dessins animés avec de la pub, tu dois regarder au moins 3 films de série B bardés de publicité).
    Avec un lecteur standard on est déjà obligé de se taper la publicité imposée dans les DVD ou les BD alors qu’on a payé le support.
    Imaginez demain ce qu’il adviendra avec des lecteurs connectés en permanence à Ultraviolet !
    Ne faudra-t-il pas les connecter au frigo aussi, à Fesse-bouc, à son patron ?
    Non mais, et puis quoi encore ?
    Derrière Ultraviolet et le prétexte de protéger ces @ù^£* de droits d’auteur se profile une énorme industrie de la surveillance, de la soumission morale et de l’analyse comportementale.

    Regardez PAyPAl qui profite de sa main mise sur les paiements pour imposer sa loi (refus de la littérature érotiques). Regardez Apple qui en profite pour imposer sa loi aux éditeurs, etc, etc.
    JAMAIS, AU GRAND JAMAIS il ne faut laisser un service devenir incontournable car alors, c’est lui qui impose sa loi au mépris du consommateur.
    C’est systématique et ça se vérifie à chaque fois !

    db

  3. J’entends tout à fait vos griefs. Entre les problèmes qui concernent les serveurs vidéo d’un côté (voir jugement contre Kaleidescape) et les services dématérialisés qui ne sont pas exempts de défaut de l’autre, le plus simple pour celui qui se sent perdu là dedans est finalement de ne rien faire ! Et c’est bien dommage… Statu quo et retour à la case départ…

  4. Oui, c’est un peu le problème…

    Alors qu’on est un certains nombre a attendre une solution pour la diffusion vidéo, toutes les solutions actuelles obligent a l’immobilisme…

    Finalement on ne peut pas profiter de nos BR comme on le souhaite, alors qu’on en a pourtant fait légalement l’acquisition.

    Un assouplissement des majors arrivera bien un jour pour notre plus grand bien…

  5. « Un assouplissement des majors arrivera bien un jour pour notre plus grand bien… »

    Ça n’en prend vraiment pas (mais vraiment pas) le chemin.
    Tout se verrouille progressivement.
    Regardez cette histoire de passionné de chants d’oiseaux qui s’est vu retirer ses videos de Youtube au prétexte qu’une société, RumbleFish, ayant conclu un accord avec Youtube pour le retrait automatique de contenus basé sur l’analyseur Content ID de Youtube, pensait posséder des droits d’auteur sur les chants d’oiseaux !
    Au final, sous la pression populaire, PayPal, que j’évoquais, a fait marche-arrière (enfin, un peu) et RumbleFish continue son petit business.

    Vous voyez où ça nous mène de préférer la simplicité ?

    Quant à ne rien faire c’est un choix.
    J’ai pris la voie du DoIt Yourself parce que j’en ai les moyens.
    Tout le monde ne le peut pas j’en suis conscient.
    Et je me demande s’il ne va mêm pas devenir dangereux de communiquer des infos (via forum) sur ce genre de sujet.
    Un de ces 4 on va apprendre que la MPAA ou autre organisation (des chaînes françaises par exemple) lancent une plainte contre VLC, ADSLtv ou autre produit gratuit.
    Vous verrez …

    db

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *