Ma nouvelle télécommande universelle est la télécommande d’origine de ma TV Sony

Ma nouvelle télécommande universelle est la télécommande d'origine de ma TV Sony

Les télécommandes universelles type Harmony de Logitech ont-elles encore un avenir ? J’étais pourtant leur ardent défenseur, les ayant utilisées depuis une bonne quinzaine d’années et longuement chroniquées sur ce blog. Mais depuis quelques mois, c’est terminé. La télécommande de ma TV Sony est une excellente télécommande universelle !

La corvée de la programmation

La première chose à faire lorsque l’on souhaite utilisée une télécommande universelle consiste à la programmer. Il y a quinze ans, c’était franchement pénible. Aujourd’hui, en passant via un logiciel en ligne constitué d’une base de données de milliers de produits, c’est beaucoup plus simple.

Enfin, plus simple pour moi. Je ne suis pas certain que tout le monde s’en sorte réellement en dehors de ceux possédant un minimum de fibre technologique.

Imaginons que cela soit simple pour vous. Vous déclarez chaque appareil de votre système. Puis vous devez créer les activités telles que “Regarder la TV”, “Regarder un Blu-ray”. Vous êtes pris par la main en sélectionnant à chaque étape les appareils concernés.

A la fin, vous téléchargez le programme dans la télécommande et tout doit fonctionner parfaitement.

Globalement, avec les Harmony, cela m’a toujours bien réussi. Mais les forums sont remplis de gens qui n’ont jamais réussi à obtenir une télécommande universelle parfaitement fonctionnelle.

Le CEC présent sur tous les appareils avec une prise HDMI a pour but de vous faire oublier les télécommandes universelles et cette programmation fastidieuse.

historique logitech harmony
Une partie de l’histoire des télécommandes universelles Logitech Harmony. ©Logitech

Le CEC est arrivé à maturité

Le CEC, pour Consumer Electronics Control, est le protocole de communication entre deux appareils reliés en HDMI. Son objectif est de vous permettre d’utiliser une seule télécommande pour tout piloter.

A ses débuts, concomitants au lancement du HDMI, le CEC était très approximatif. La faute aux fabricants l’ayant implémenté chacun à leur sauce. D’ailleurs, chaque fabricant a donné au CEC son petit nom personnel.

Et puis le CEC a évolué, il s’est renforcé grâce à une implémentation plus sérieuses et plus universelle par les fabricants.

HDMI Consumer Electronics Control
Le concept de base du HDMI CEC. ©Alectro

De mon côté, j’ai continué à utiliser une Harmony, désactivant tout le temps le CEC sur chacun de mes appareils.

Il y a quelques mois, j’ai changé de téléviseur. Et celui-ci a aussi changé de pièce. N’ayant pas tout déplacé en une fois, la télécommande universelle Harmony et son Hub n’ont, dans un premier temps, pas suivi.

J’ai donc décidé de laisser le CEC activé en attendant la Logitech Harmony. Si bien que 4 mois plus tard, l’Harmony est toujours éteinte et à son ancienne place.

Les télécommandes des TV sont universelles par défaut grâce au CEC

Mon système se compose d’une TV Sony, d’un ampli AV Marantz, d’un décodeur CanalSat, d’une ShieldTV, d’un lecteur Blu-ray 4K et d’une AppleTV.

J’avais mis de côté le CEC à cause de son instabilité chronique, par expérience. J’ai bien fait d’y revenir.

En effet, je peux absolument tout piloter avec la télécommande d’origine du téléviseur Sony.

Et le plus beau, c’est que je n’ai rien eu à programmer, à aucun moment.

La TV Sony reconnaît l’ampli AV et toutes les sources. Lorsque j’allume la TV, l’ampli s’allume également. Si je choisi la partie connectée de la TV, l’ampli bascule sur TV audio (le HDMI ARC).

Si je veux regarder l’une des sources raccordées à l’ampli, j’appuie sur la touche “Input” de la télécommande Sony : les sources de l’ampli Marantz apparaissent dans la liste.

Je sélectionne le lecteur Blu-ray, la TV bascule sur l’entrée HDMI correspondante au Marantz, le Marantz bascule sur l’entrée du Blu-ray. Et toutes les touches principales de la télécommande Sony pilotent le Blu-ray : croix directionnelle, menu, back, play, pause, etc.

cec sony tv input
Les trois entrées “Player” sont les sources reliées à mon ampli AV Marantz directement accessibles ici. Playback_3 est le Blu-ray (il faut que je le renomme), le décodeur satellite est débranché actuellement.

Le CEC est magique

Vous allez me dire que le CEC fonctionne très bien ainsi depuis des années et que je viens de découvrir l’eau chaude. Oui, sûrement ! Mais ayant eu de mauvaises expériences dans le domaine, je l’avais volontairement occulté.

Par la force des choses, j’y suis revenu, et je ne le regrette pas. En quatre mois, il n’y a pas une seule fois ou une commande CEC ne serait pas ou mal passée. Ça marche à tous les coups.

Je n’ai rien eu à programmer, et rien eu à acheter.

C’est aussi plus simple pour le reste de la famille qui n’a que trois touches majeures à connaître sur la télécommande Sony pour tout faire : Power On, Home (services connectés de la TV) et Input.

La fin des télécommandes universelles ?

Quel est l’intérêt d’acheter une télécommande universelle lorsque cette de votre téléviseur l’est déjà ? De plus, contrairement à la télécommande universelle, elle ne nécessite aucune programmation.

Logitech a déjà réagi en intégrant la domotique et les enceintes sans fil comme Sonos à ses télécommandes. Elles font ainsi un peu plus que des commandes infrarouges et CEC.

Mais cela est-il vraiment nécessaire ? Je trouve l’ergonomie trop complexe : devoir naviguer dans des pages sur un petit écran est inaccessible aux non geeks. Pour la lumière, c’est toujours plus rapide d’aller appuyer sur l’interrupteur. Pour Sonos, l’application mobile est tout de même plus pratique pour sélectionner sa musique.

A mon avis, c’est purement accessoire et cela ne garantit pas vraiment la pérennité de la gamme Harmony.

logitech harmony sonos
Piloter la musique (sommairement) via une télécommande universelle Harmony. ©arstechnica

Et les télécommandes haut de gamme Control4, Savant, RTI, URC, Crestron, Neeo ?

Il me semble plus que jamais que ces télécommandes sont réservées aux installations très haut de gamme.

Des personnes prêtes à payer pour avoir un écran tactile personnalisé sur leur télécommande sont ultra rares. Quand une simple télécommande à boutons livrée avec la TV offre le même niveau de simplicité au quotidien.

Dernier avantage : on n’a pas besoin de faire exagérément attention à la télécommande de son téléviseur. Elle peut tomber, être utilisée et martyrisée par les enfants, ce n’est pas un souci. Les fabricants de TV proposent toujours leurs télécommandes en remplacement pour quelques dizaines d’euros.

On ne peut pas en dire autant d’une télécommande universelle tactile à 500 à 1000 euros que l’on hésitera à laisser aux enfants !

neeo control4
La télécommande Neeo, société récemment rachetée par Control4. ©Neeo

Comme beaucoup de technologies, la télécommande universelle à été novatrice en son temps, puis elle est devenue la norme. Bientôt on aura oublié qu’elle avait existé en tant que tel.

C’est un peu ce qui arrive maintenant à la domotique et à la maison connectée en général. Mais ça, c’est une autre histoire.

2 commentaires

  1. J’ai fait le même constat après avoir acheté une smart tv.
    Mais je n’utilise quans même pas non plus la télécommande de la tv pour n’utiliser que la domotique pour gérer mon ensemble multimédia.

    1. Pour piloter le reste de la maison, effectivement des claviers/dalles murales et une application sur smartphone/tablette est plus pertinent.

      Et encore, si la maison était vraiment intelligente, il ne devrait pas y avoir besoin d’interfaces.

      Quand les assistants vocaux seront plus performants et sauront faire du langage naturel, définitivement il n’y aura plus besoin d’interfaces tactiles ni d’application.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *