Concilier multiroom audio et économies d’énergie grâce au PoE

Comment concilier multiroom audio et économies d'énergie ?

La consommation que j’ai pu relever sur de nombreux produits multiroom oscille entre 7-8 Watts et plus de 15-20 Watts pour les plus gourmands. En permanence. Tout le temps. A toute heure du jour et de la nuit. Imaginez si vous avez 10 zones audio multiroom. Je me suis donc posé sur cette question afin de savoir s’il existait des alternatives. Et m’est venu à l’idée la possibilité d’un multiroom en PoE.

Multiroom = consommation électrique continue

Le multiroom audio est un confort très appréciable. Les passionnés de musique possédant un système chez eux auraient du mal à revenir en arrière. Quelle facilité de pouvoir sélectionner la musique depuis son smartphone et de l’envoyer vers la ou les pièces de son choix. En dehors du coût du matériel, il y a aussi celui de la consommation électrique. Car tous ces appareils prêts à jouer de la musique sont en semi-veille puisqu’ils doivent être prêts à tout instant à recevoir un ordre de lecture.

Ecartons tout de suite la question de la consommation zéro. Ce n’est pas possible, ou alors il faudrait allumer et éteindre manuellement chaque zone, ce qui réduit grandement l’intérêt et le confort du multiroom. Ce n’est pas parce que l’on a les moyens d’investir dans de multiples zones audio qu’il faut obligatoirement consommer de l’électricité à outrance.

Mon idée a donc été de chercher quelle pourrait être la solution la plus simple à mettre en œuvre et consommant le moins d’électricité.

Le multiroom minimaliste en PoE

Une nuit, une idée m’est passée par la tête. J’ai un mini ordinateur Rapsberry Pi3 équipé d’une carte Amp de 2×30 Watts. Les enceintes sont donc amplifiées directement par le Raspberry.

J’ai configuré le Raspberry simplement avec une image RoPieee en mode Roon. Puis j’ai alimenté le Raspberry en PoE via un injecteur PoE/USB 5V Ubiquiti. Il en existe des tas d’autres mais j’avais celui-ci sous la main.

poe splitter raspberry pi
Un exemple de splitter PoE 5V pour alimenter un Raspberry Pi via le câble réseau

Dans cette configuration, cela signifie que le Raspebrry est alimenté par un port réseau de mon switch. Le petit bloc 5V branché sur une prise de courant a disparu.

Ce n’est pour autant que la consommation a disparu aussi ! Seulement, elle est déportée dans le switch réseau. Qui me permet de vérifier la consommation électrique sur le port concerné en permanence.

Le point important qu’il faut retenir de cet essai est que le switch alimente un mini ordinateur mais aussi l’amplificateur ! Il ne reste plus qu’à mesurer tout ça.

3,3 Watts de consommation en lecture audio

A mi-volume, c’est-à-dire déjà suffisamment fort, même un peu trop, pour de l’écoute au quotidien, le switch n’a pas dépassé 3.3 Watts de consommation sur le port PoE dédié au Raspberry.

Sans musique, il consomme en permanence 2.3 Watts. Il va être difficile de trouver des amplificateurs connectés ou des enceintes sans fil aussi économes.

Malheureusement, le switch Ubiquiti que j’utilise n’a pas de fonction pour programmer l’allumage/extinction des ports PoE simplement. Si vous utilisez un switch qui en a la capacité, vous pourrez même programmer l’extinction des ports toutes les nuits par exemple.

raspberry amp hat
Un Raspberry Pi surmonté d’une carte audio Amp Hat avec amplificateur stéréo intégré

Le multiroom audio en PoE, c’est possible !

Concrètement, on peut faire du multiroom intégralement en PoE, dont l’unique alimentation pour toutes les zones et tous les amplificateurs de puissance est celle du switch réseau.

Avec dix zones, cela nous donnerait au maximum 33 Watts de consommation en écoute musicale toutes zones allumées, et 23 Wayys en veille. Cela me semble imbattable et aller dans le bon sens des économies d’énergie obligatoires auxquelles nous seront confrontés dans les années et décennies à venir.

multiroom poe raspberry pi amp hat schema
Exemple d’un multiroom 4 zones en PoE

Avec le multiroom en PoE, on a le choix de centraliser tous les boîtiers Raspberry et de faire partir les câbles haut-parleurs vers chaque zone. Ou le contraire, de décentraliser les boîtiers en les plaçant au plus près de chaque paire d’enceintes. Rien n’est figé, tout est possible.


Vous avez apprécié cet article ? Faites-le savoir en le partageant sur les réseaux sociaux ci-dessous et soyez prévenu par eMail des futurs articles sur Multiroom.

1 commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *